28/06/2013

G8 : on ne peut pas frauder avec le climat

 

G8 : on ne peut pas frauder avec le climat

 

Les dirigeants du “club des 8″ (Allemagne, Canada, États-Unis, France, Italie, Japon, Royaume-Uni et Russie) se sont réunis en Irlande du Nord pour les réjouissances annuelles du G8.

La question du dérèglement climatique a été totalement gommée de l’agenda de ce club des puissants, alors que même les organismes les plus conservateurs appellent à une mobilisation urgente contre les changements climatiques !

La Banque mondiale nous met en garde contre notre inaction, qui nous conduit vers une hausse des températures de 4°C et vers un monde dans lequel, justement, il ne ferait pas bon vivre. Et l’Agence internationale de l’énergie nous rappelle que, pour éviter le chaos, nous avons tout intérêt à laisser la grande majorité des réserves de pétrole, de charbon et de gaz là où elles se trouvent, reconnaissant ainsi – enfin – que la planète doit rester dans les clous d’un “budget carbone“.

Malgré ces rapports alarmistes, le dérèglement climatique brille par son absence sur le site Internet du sommet du G8. Mais cela n’a pas toujours été ainsi.

En 2007, 2008 ou 2009, par exemple, le climat était un sujet de préoccupation prioritaire. Cette année, grâce notamment au lobbying du gouvernement britannique, il a été rayé de la carte. Malgré l’urgence, c’est dans le communiqué final que la lutte contre les changements climatiques est vaguement évoquée, sans ambition, sans précisions.

A deux ans de l’échéance fixée pour le prochain accord mondial sur le climat, la situation n’est pas très encourageante.

Prouvez-nous que nous avons tort !

Nous ne demandons qu’à avoir la preuve que nous nous trompons. Si les dirigeants du G8 décidaient de se ressaisir, voici les points qu’ils devraient inscrire à l’ordre du jour climatique :

définir clairement d’où proviendra l’aide promise pour financer les activités d’atténuation et d’adaptation aux changements climatiques et de lutte contre la déforestation, et à quelle hauteur chaque État du G8 contribuera aux “ financements climatiques” pour les pays qui en ont besoin entre 2013 et 2015 ;

trouver des sources de financement innovantes pour lutter de toute urgence contre la pauvreté et les changements climatiques, notamment en mettant à contribution les transports maritime et aérien pour les dégâts qu’ils causent au climat, en taxant les transactions financières et en réinjectant dans la transition énergétique les subventions absurdes actuellement accordées aux combustibles fossiles.

 

montrer qu’ils sont déterminés à conclure un accord mondial ambitieux, équitable et contraignant sur le climat lors du prochain sommet de l’ONU en 2015, qui devrait se tenir à Paris. Pour être crédibles, tous les pays du G8 doivent prendre des mesures immédiates pour que les émissions atteignent leur niveau maximal en 2020, et accélérer leurs efforts d’ici à cette échéance.

 

GP0P31_press-588x400.jpg

 

 

10:51 Écrit par The Wolf dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.