27/10/2012

Requiem des Animaux

Requiem des Animaux

 

Le plus noble emploi que l'on puisse faire de l'esprit humain est l'étude des œuvres de son Créateur. Pour qui se complaît dans la science de la nature, toute chose apporte une preuve de Dieu, tout le prouve, tout donne des motifs d'adoration.

 

Saint François d'Assise est le plus beau symbole du respect que nous devons à tout être vivant.

 

Tous les règnes forment une chaîne ininterrompue dans le processus de l'évolution cosmique. Bien que l'humanité soit le règne le plus évolué de la nature, elle n'a aucun droit sur les autres règnes.

Les animaux sont doués de sensibilité et souffrent tout comme nous. L'homme ne devrait ni les faire souffrir, ni les torturer lorsqu'il les met à son service.

 

L'animal est le sous-prolétariat le plus exploité de la Terre.

Tant qu'il y aura des abattoirs, il y aura des champs de bataille.

Jésus appelait les lieux d'abattage « cavernes d'assassins ».

 

En 1790, nous mangions en moyenne 19 kg de viande par an et par personne. En 1964, nous en mangions 78 kg et aujourd'hui nous en sommes à 128 kg.

 

Comme le dit l'association de Protection Mondiale des Animaux de Ferme, nous avons certainement tous remarqué, depuis la route, ces immenses hangars clos, aux murs gris, sans fenêtre, mais nous ignorons trop souvent qu'à l'intérieur de ces sinistres prisons d'où émane une odeur pestilentielle, se trouvent les animaux destinés à notre assiette ; veaux, vaches, cochons, poulets et autres volatiles de chair, poules pondeuses, animaux qui, au nom d'une agriculture ultra productiviste dont la seule gloire est d'être rentable, sont privés de leurs droits les plus élémentaires : impossibilité de marcher, de jouer, de gratter le sol, de construire un nid, de prendre soin de son petit, de seprélasser au soleil.

 

Après des mois de souffrance dans d'infernales conditions d'élevage, sur lesquelles nous reviendrons en détail, six millions d'animaux sont importés ou exportés chaque année en France.

Ces transports sont une nouvelle cause d'intolérables douleurs.

Chargés sous l'effet de l'aiguillon électrique, brutalisés, blessés, les animaux sont entassés dans des camions pour voyager à travers l'Europe pendant quarante à cinquante heures, sans eau, sans nourriture, dans l'indifférence la plus totale.

Les cochons nourris naturellement sont très propres, ils ne souillent pas leur litière, ils cohabitent sans la moindre agressivité et leur queue est droite !

Comment considérer les œufs issus de ces malheureux volatiles, oeufs de la souffrance, œufs de la honte !

Si les consommateurs pouvaient voir sur les présentoirs la photo de ces poules dont la détresse physiologique est incommensurable, ils se détourneraient avec dégoût d'un tel produit porteur de mort...

Ces œufs manifestent d'ailleurs une inversion de polarité très inquiétante... Est-il utile de préciser qu'il n'y a pas de salmonelle dans les oeufs de poules élevées comme l'a décidé Mère Nature ?

 

L'homme accepte trop de choses trop facilement et en vient à admettre l'inadmissible... Le vrai luxe c'est oser refuser !

 

Nous savons aujourd'hui que la mémoire présente dans toute la matière se transmet tout au long de la chaîne alimentaire au bout de laquelle est l'homme... Un animal égorgé en pleine conscience et qui agonise se retrouve dans nos assiettes avec cette mémoire. Je plains ceux qui incorporent ce vécu dans leur chair.

 

Pour un profit financier maximum des pays riches, les pays du Tiers Monde sont exploités, ruinés et leur population réduite à une sous-alimentation chronique.

 

La plupart des peuples,  depuis des millénaires,  associent pour le plus grand bien de leur santé céréale et légumineuse »  précise Catherine Kousmine, « en Inde, riz et lentilles ; en Afrique du Nord, couscous et pois chiches ; au Mexique, maïs et haricots ; en Chine, riz et soja, etc., la viande n'étant utilisée que comme complément.

 

Le bétail mondial absorbe un tiers de la production de céréales produites dans les pays où sévit la famine.

Cette exploitation excessive nécessite une déforestation importante ayant pour corollaire l'érosion et l'infertilité des sols tandis qu'insecticides, engrais chimiques et pesticides polluent les nappes phréatiques.

 

La France est le deuxième consommateur mondial de pesticides et le premier européen.

Chaque jour nous  prenons davantage conscience de la valeur incalculable de ce trésor qui nous est confié la Création. Nous n'en sommes pas les propriétaires, nous en avons l'usufruit pendant notre passage sur Terre. Nous devons la remettre plus belle encore à ceux qui viendront après nous…

Les insectes visés développent une résistance qui conduit à diversifier les molécules et à augmenter les doses.

 

le marché aux hormones est un véritable trafic mafieux. Les experts scientifiques protégeant l'élevage aux hormones ont souvent des intérêts financiers dans les laboratoires produisant des anabolisants.

les aliments issus de l'exploitation intensive de l'animal, du végétal ou de la terre elle-même sont impropres à la consommation... nous devons aujourd'hui manger moins mais manger mieux. Ce changement de comportement nous est imposé par Dame Nature que nous pensions pouvoir asservir et bafouer en toute impunité.

 

Les produits de synthèse, aliments ou médicaments étant de puissants toxiques, les maladies iatrogènes, c'est-à-dire générées par les médicaments eux-mêmes, ne cessent d'augmenter.

Un individu sur deux est constipé, un sur cinq est allergique, un sur trois cancéreux, un sur deux obèse, la stérilité des couples et la malformation des enfants ne cessent d'augmenter.

 

L'homme est une espèce en voie de disparition qui n'est menacée que par elle-même, consommateur, ta seule arme est le boycott.

Ce ne sont pas ceux qui font le mal qui rendent le monde insupportable, mais ceux qui regardent et laissent faire.

Chacun doit prendre conscience que cette impitoyable et massive destruction des hommes, des animaux et de la Terre n'existe que par notre complicité de consommateurs.

 

Si l'homme se veut carnivore, qu'il ait au-moins la dignité de ne pas infliger une vie et une mort indécente à ses victimes.

Seuls les poissons morts vont dans le sens du courant,en devenant les insoumis qui,  selon André Gide, sauveront le monde s'il peut l'être.

Ce qui est coupable karmiquement, c'est la persistance à faire le mal ou le refus de se parfaire.

 

Dans le désordre de la société humaine, la multitude des changements individuels entamera alors la transformation du monde.

Tant que l'homme continuera à être le destructeur impitoyable des êtres animés des plans inférieurs, il ne connaîtra ni la santé, ni la paix. Tant que les hommes massacreront les bêtes, ils s'entretueront. Celui qui sème le meurtre et la douleur ne peut en effet récolter la joie et l'amour.

 

Nous autres Indiens, Américains d'origine, aimons entrer en sympathie et en communion spirituelle avec nos frères et sœurs du royaume animal dont les âmes muettes nous rappellent un peu de cette pureté que l'on attribue à l'enfant innocent et irresponsable.

 Nous faisons confiance à leur instinct comme à cette mystérieuse sagesse qui les habite et qui leur a été donnée par en-Haut ;  et si nous acceptons avec humilité qu'ils fassent le sacrifice de leur corps pour préserver le nôtre, nous rendons hommage à leurs esprits en accomplissant des prières et des offrandes rituelles.

Par Geneviève Coupeau

 

RaffaelloCreazioneAnimali.jpg

250019_320340808063339_1773733440_n.jpg

 

18:55 Écrit par The Wolf dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.